Sénégal: vers une stratégie nationale pour une croissance verte

Une année après la tenue d’un atelier d’orientation méthodologique devant permettre au Sénégal, membre du bureau Conseil de l’Institut mondial pour la croissance verte (GGGI) depuis 2017 et pour une durée de deux ans, d’avoir une stratégie nationale pour une croissance verte, une rencontre a été tenue, ce jeudi, dans le cadre de la validation technique de cette stratégie.

La rencontre permettra de « confirmer les défis et orientations stratégiques ainsi que de convenir d’une feuille de route pour la mise en œuvre de la stratégie » qui,  » contribuera à l’accélération de la croissance telle que attendue à travers la réalisation de projets phares et des interventions d’envergure à fort impact économique et social du PSE ». Et ce, en inscrivant et renforçant la trajectoire de développement durable et inclusif du Sénégal dans une direction compatible avec les principes de la croissance verte ».

Les axes et 23 objectifs de la stratégie nationale ont fait l’objet d’alignement aux axes du PSE que sont, – Transformation structurelle et croissance, -Capital humain, protection sociale et développement durable et enfin -Gouvernance, institution, paix et sécurité.

A l’instar des seize pays en développement que sont l’Afrique du Sud, le Brésil, le Cambodge, la Chine, les Emirats Arabes Unis, l’Ethiopie, l’Inde, l’Indonésie, le Kazakstan, la Mongolie, le Maroc, le Perou, les Philippines, le Rwanda, la Thailande, et le Vietnam pour lesquels GGGI a facilité et accompagné pour l’élaboration d’un certain nombre de stratégies et plan de croissance verte, le Sénégal sera accompagné à « réaliser une croissance forte, durable et inclusive d’ici 2035 ».

« Nous avons l’intime conviction, sur la base des expériences des autres pays, qu’un Sénégal émergent qui soit résilient avec une croissance forte durable et inclusive est à notre protée », a indiqué Mouhamad Tounkar, représentant-résident de GGGI Sénégal, lors de la cérémonie d’ouverture. Et Monsieur Tounkara de faire part de leur fierté pour « la rencontre qui symbolisent l’aboutissement d’un processus, de par son processus participatif, constructif et consultatif ».

Venant à sa suite, le Secrétaire général du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Amadou Lamine Guissé qui a représenté le Ministre, est revenu sur les secteurs clefs qui sont identifiés pour arriver à cette croissance verte, tels que la pêche, l’agriculture, l’éducation, les infrastructures, les technologies de l’information et de la communication. Et ainsi, « voir comment intégrer le facteur développement durable pour se développer, l’exploiter mais surtout pour tenir compte et faire face aux effets du changement climatique ».

 

Par mounamak

Facebook Comments
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com