Grogne des animateurs polyvalents: la DG de l’ANPECTP apporte des éclaircissements

Interpellée en marge du forum sur la sécurité des enfants des structures DIPE, la DG de l’ANPECTP, Thérése Faye Diouf a apporté des éclaircissements de taille sur les animateurs polyvalents qui réclament des salaires qui leur seraient dus par l’agence et qui ont d’ailleurs squatté le siège de l’agence en début de semaine.

Thérése Faye qui a d’abord précisé aux journalistes qu’il s’agit « de 36 et non 50 animateurs polyvalents » a précisé que « sur les 36 qui se disent être des animateurs polyvalents, 17 sont des Asp, ils ont quitté l’agence depuis 2014, juste après la création de l’agence de sécurité de proximité. Et entre temps, l’Etat a pris la mesure de faire une formation diplômante aux 419 animateurs polyvalents qui étaient dans les structures DIPE. A partir de ce moment, une première cohorte de 200 a été formée en 2016 et intégré en 2017  et pour le rete, ils fait la formation en 2017 et leur intégration en 2018. Pour ceux qui étaient réellement dans les structures, l’Etat les a mis dans le circuit normal pour être des instituteurs et vont devenir des fonctionnaires ».

« Entre temps, voyant que leurs camarades avec qui, ils étaient au niveau des cases ont eu ces avantages, ils ont voulu revenir. Mais malheureusement pour eux ils n’ont pas été patients », renchérit-elle, avant de faire savoir que « pour les 17 Asp, ils sont retournés à Tamba sur instruction du gouverneur de ladite région qui a sommé leur chef de service régional de les rappeler à l’ordre, parce qu’en tant qu’agent au niveau de Tamba, ils ne peuvent venir réclamer des dûs à Dakar alors qu’ils ne sont plus de l’agence de la case des tout petits.

Pour le reste, venant de Ziguichor, Thérése a indiqué qu’ils sont « entrain de vérifier si effectivement ils étaient au niveau des cases jusqu’en 2016- 2017, comme ils l’ont dit en montrant des feuilles de présence lors de la réunion avec le Secrétaire général ».

Avant de marteler, « l’Etat du Sénégal ne doit un salaire à aucun animateur polyvalent. L’Etat n’a pas à contracter avec les animateurs polyvalents, c’est le comité de gestion qui identifie les jeunes du quartier et, avec une méthode communautaire, lui demande à servir la case ».

« je précise encore une fois, l’agence ne doit rien à personne », dira-t-elle au finish.

 

Par mounamak

Facebook Comments
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com