Niague Peulh: l’école du village en quête de modernité

Situé à quelques encablures du Lac Rose, Niague Peulh, village qui se situe administrativement dans la nouvelle commune de Tivaouane Peulh-Niague, s’agrandit. Son école aussi. Et pour être dans l’air du temps, ces dirigeants appelle à sa modernisation.

Fondé en 1952 par Idrissa Bâ, qui est aujourd’hui encore le chef du village, Niague Peulh, qui a une population de 1800 personnes, est composée principalement de peulh, tous issus principalement de la même famille, nous a expliqué Souleymane Bâ, fils ainé du chef de village.

Venu avec sa famille, en transhumance, à Niague, Idrissa Bâ, encore appelé, Idy Bâ, l’un des grands acteurs du tourisme dans le secteur, y avait installé un campement touristique avant d’y officiellement créer le village de Niague Peulh, avec des populations dont les principales activités économiques sont l’agriculture et l’élevage.

Et à l’image du village qui s’agrandit, l’école a connu aussi une rapide expansion. Alors, avec une seule salle de classe à sa création en 1999, l’école compte aujourd’hui 325 élèves répartis dans les 6 classes qui y existent.

Boubacar Barry, l’actuel directeur de l’école élémentaire de Niague Peulh, est le troisième depuis la création de l’école dont le premier directeur s’appelait Aboubacar Niane.

Et, pour être en mesure de donner à leurs élèves le meilleur des enseignements, l’adjoint au directeur de l’école à qui ThieyDakar a tendu son micro, a listé leurs préoccupations.

« Avec l’arrivée massive de populations dans le village, nous avons besoin de nouvelles salles de classe pour ne pas tomber dans le système double flux », nous confia-t-il avant d’expliquer que, « la carte scolaire stipule que toute classe qui dépasse l’effectif de plus de 80 élèves doit passer au double flux et nous savons tous que, ce système n’est pas bonne pour une meilleure qualité de l’enseignement ».

Avant de poursuivre, « nous avons aussi besoin de salle informatique, parce qu’aujourd’hui, avec la numérisation du savoir, mais aussi la nouvelle méthode avec laquelle nous faisons les évaluations, nous avons besoin de matériels informatiques, d’imprimantes et de photocopieuses pour plus d’efficience dans le travail ».

Toujours dans le souci de mettre les élèves dans de meilleures conditions d’études, notre interlocuteur est revenu sur la nécessité de créer une cantine scolaire au sein de leur établissement.

« Nous avons des élèves qui nous viennent des villages environnants, ces derniers ont aujourd’hui besoin de cantine scolaire afin de leur éviter de faire des aller-retours, dès fois sous le chaud soleil et qui peuvent avoir des répercussions sur leur performance », précise ce dernier.

Espérons qu’avec l’annonce faite par le Maire de la commune de Tivaouane Peulh-Niague, lors de la cérémonie de remise de médicaments et de matériel médical offerts par le Rotary Club Dakar Horizon, l’école du village aura sa part du gâteau.

En effet, le maire Momar Sokhna Diop, qui a pris certaines mesures pour le fonctionnement effectif du poste de santé du village, a aussi annoncé que cette année sera celle de Niague Peulh qui verra la construction de beaucoup d’édifices dont certains sont même en phase de démarrage.

 

Par mounamak

Facebook Comments
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com