UEMOA: des acteurs nationaux sensiblisés sur la législation communautaire de la concurrence

Dans le cadre du Programme d’appui à l’Intégration Régionale et au Commerce (IERC), la commission de l’UEMOA tient, à Dakar, un séminaire natinal d’informatrion et de sensibilisation sur la législation communautaire de la concurence, pendant cinq jours et dont la cérémonie officielle a eu lieu ce matin, en présence des représentants de la commission de l’UEMOA, de la délégation de l’Union européenne, ainsi que le Secrétaire général du Ministére du commerce qui a présidé la cérémonie.

Ces séminaire nationaux qui se tiennent dans tous les 8 pays de l’Union économique monétaire ouest-africaine, a déjà eu lieu à Ouagadougou, Bissau, Lomé et Abidjan et se poursuivront après Dakar, à Bamako et Cotonou.

A en croire le Premier conseiller de la Délagation de l’Union européenne au Sénégal, Clemens Schrocter, l’UE « a fait le choix d’accompagner à travers le Programme d’Intégration Economique Régional et au Commerce  pour un montant de 22 Millions d’Euro dont 5 Millions d’Euro qui concerne l’UEMOA ».

Dans le sillage d’un des principaux objectifs de l’Uemoa qui est « de renforcer la compétitivité des activités économiques et financières des Etats membres dans le cadre d’un marché ouvert et concurrentiel et, d’un environnement juridique rationalisé et harmonisé », ce séminaire permettra  » une mise à niveau des ressources humaines et d’apporter un appui aux institutions nationales chargées, dans une certaine mesure, de la mise en œuvre de cette législation », d’après Mélaine Cohou Tchokponhoué.

« L’IERC vise de manière générale à contribuer à l’accélération du processus de réalisation de l’union douanière en Afrique de l’Ouest en soutenant l’adoption d’une politique et des réglementations commerciales communes, l’élimination des barrières au commerce intra-régional, l’harmonisation des politiques et des données statistiques liées au commerce », ont expliqué les organisateurs de l’événement, sur les documents reçus par les journalistes.

Expliquant que « la politique de la concurrence consiste essentiellement à faire appliquer des règles afin de veiller à ce que les entreprises se fassent une concurrence loyale et saine pour vendre leurs produits, innover et offrir des prix attractifs aux consommateurs », M. Schrocter aindiqué que « L’existence et l’application effective de ces règles sont tenues de protéger non seulement le citoyen/consommateur mais aussi l’entrepreneur/investisseur ».

Selon lui, « sans une telle politique, chacun irait jouer selon ses intérêts immédiats. Les entreprises pourraient s’accorder entre elles pour se partager le marché ou adopter un comportement tendant à exclure des concurrents du marché. On risque, dans un cas comme dans l’autre, que les consommateurs ne puissent plus bénéficier de produits novateurs ou de services de qualité et qu’ils se voient contraints de payer le prix fort pour le produit qui s’impose ».

Venu présider l’ouverture officielle du séminaire au nom du Ministre du Commerce, M. Makhtar Lakh, Secrétaire général dudit ministère, est revenu sur la nécessité de la mise en place de la commission nationale de la régulation de la concurrence.

 

Par mounamak

Facebook Comments
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com