Vidéo: Dr. Aloyse Diouf appelle à relever le défi de la santé de la reproduction des jeunes

La santé de reproduction des adolescents jeunes demeure confrontée à des difficultés de plusieurs ordres, notamment les rapports sexuels précoces et non protégés, les avortements à risque, les infanticides, les usages de substances nocives, les pratiques traditionnelles néfastes dont l’épineuse question des mariages précoce et de l’excision, a déploré Dr. Aloyse Diouf, Directeur de Cabinet du ministre de la santé et de l’action ce jeudi au lancement de communication sur la santé de la reproduction avant d’inviter aux « Badiènou Gokh » à travailler pour relever le défi de la santé des enfants.

En outre, le Dr. Diouf a fait observer des statistiques de documents d’enquête et recherches relatives à la santé des ado-gènes, qui montrent qu’une fille sur trois est mariée avant l’âge de 18 ans, le taux de grosse chez les adolescentes est de 19% dont 24% mariées et 75% célibataires. Les adolescentes de 15 à 19 ans contribuent à hauteur de 10% à la fécondité globale. Selon l’enquête démographique de Santé (EDS), il est noté une précocité des rapports sexuels notamment en age médian de 19 ans et en age médian de la première union à 19,6 ans. A cela s’ajoute une communication Parent-Enfant sur la santé des adolescents jeunes. Il est relaté 1971 cas de grossesse en 2015, selon le Groupe d’étude et enseignement de la population.

Pour Dr. Aloyse Diouf, ces chiffres font froid dans le dos, et appelle à une action collective et citoyenne pour faire face.

Selon lui, les décideurs ont pris la pleine mesure des graves conséquences que cela peut entraîner sur le développement des politiques qu’ils sont entrain de mettre en place.

Facebook Comments
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com