Abdou Akim Mbacké Bao : « J’ai intégré Aqmi pour de l’argent »

Né à Bignona, il vit à Ouakam, marié et père d‘une fille. Il a fréquenté le lycée blaise Diagne après son Bfem à Bignona. Il est poursuivi pour acte de terrorisme par menace en relation avec une entreprise individuelle, blanchiment de capitaux, association de malfaiteurs par menace. Il plaide non coupable.


J’avais connu un homme du nom de Anas, j’avais besoin d’argent, je vendais des produits, il m’a fait savoir qu’au nord du mali, je pouvais m’en sortir s’il me met en contact avec des gens. C’était avec les rebelles Touareg, l’Aqmi. J’étais au nord Mali avec eux. Quand les rebelles d’Aqmi ont fouillé mes affaires ils ont trouvé que mon identité différait avec le nom que je leur avais donné. Et là, ils ont dit que j’étais quelqu’un de mal intentionné.


J’ai subi une formation en technique de Combat pour gagner leur confiance. J’ai retrouvé la-bas Abdourahmane mais je ne me souviens pas de son nom de famille. J’ai participé aux combats contre l’armée malienne aux côtés d’Aqmi, dont le chef était Yakhya Hamam. Je eu à surveiller également des prisonniers des rebelles de différentes nationalités.


J’avais demandé à m’en aller une fois, on m’avait remis 3 pièces de 500 euros, et finalement je suis resté. Au fur et à mesure que je séjournais là-bas, ma relation avec les rebelles se détériorait de plus en plus, et là, ils ont décidé de me sortir du groupe. Je suis parti. En cours de route, j’ai pris un car, qui était en réalité aux mains de malfaiteurs qui l’ont acquis après un braquage, et qui avait à son bord des passagers. C’est sur un poste de contrôle au Burkina Faso, que j’ai été arrêté par la Gendarmerie après une fouille.

Facebook Comments
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com