Journée de la femme: entre folklore et politique, on en oublie les revendications des femmes

Le Sénégal, à l’instar de la communauté internationale, vient de célébrer la journée internationale des droits de la femmes. Entre frasque et fresque, cette journée jadis consacrée aux réelles revendications des droits des femmes,est passée aujourd’hui, sous nos cieux, au folklore et autres khawarés politiques.

Célébration à grande pompe dans les entreprises, association, organisations professionnelles et autres département ministériels, etc., les femmes rivalisent d’ardeur et de belles coutures faites des tissus acheté en commun pour donner de la couleurs à  la fête.

Tout est au top pour une réussite de la belle journée de la femme, sauf l’essentiel. Parler véritablement des problèmes des femmes au niveau national comme au niveau spécifique à chaque organisation et surtout et essentiellement faire un suivi pour une matérialisation effective des préoccupations.

Et non se limiter en un seul jour, appeler une personne pour parler d’un thème auxquelles la majorité des femmes ne péteront pas une oreille attentive et se donner rendez-vous l’année prochaine.

D’où l’importance de nous demander à chaque lendemain de célébration du 8 mars:

Quels sont les messages clés que nous avons fait passer  ce 8 mars?

Quels sont les messages clés que nous avons retenu  de ce 8 mars?

Quels sont les messages que nous avons adressés à nos gouvernants pour plus politiques publiques sensibles au genre et plus de respect des droits des femmes?

Quels sont les messages que nous  avons livrés à la jeunesse et aux filles en particulier pour  la jouissance de leurs droits et  protection contre les violences et  pratiques néfastes comme l’excision, les mariages d’enfants, les enlèvements, séquestrations, …etc?

Rien de tout cela !!!

Et du coté de nos gouvernants c’est encore pire et écœurant d’assister à une politisation monstrueuse de cette journée dédiées aux droits des femmes.

Pour gagner la sympathie d’un électorat féminin, le Président de la République est prêt à tout. Promesse de Financement, grosses annonces, promesses d’autonomisation, entres autres, qui finiront comme des éléphants en porcelaine. Tous ces clins d’œil pour être élu et après jeter aux oubliettes les préoccupations des femmes, pour nous limiter qu’à elles puisque c’est d’elles qu’il s’agit, mais incluant toutes les couches de la population quand il s’agit de promesses non tenues.

Ce clin d’œil est d’ailleurs à l’origine, à une année de l’élection présidentielle, de l’année sociale décrétée par le Président pour l’année 2018.
Facebook Comments
Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com