Yeumbeul : l’ancien bras droit de Selbé Ndom auditionné pour viol

Le glaive de la justice risque de s’abattre sur la tête du principale ex « lieutenant » de la voyante de la banlieue Dakaroise  Selbé Ndom. M.T.,  accusé   de viols répétés sur une adolescente de 12 ans, défile tous les jours devant les enquêteurs policiers du commissariat de Yeumbeul.

Le mercredi 7 février la fille D.T apprend à sa Mère qui l’aidait à prendre son bain qu’elle a été violée à plusieurs reprises par un certain M.T. qui n’est nul autre que l’ex bras droit de la célèbre voyante Sélbé Ndom. Pour en être sûre, la maman demande à la tante de la fille de se retirer avec elle dans la chambre pour tenter de lui tirer les vers du nez. Cette dernière allonge l’adolescent sur le lit, examine ses parties intimes et soupçonne des abus sexuels répétés. Mais pour en avoir le cœur net, elles acheminent la fille au centre hospitalier Roi Baudin. Qui confirme les viols répétés exercés sur la fille  et établissent dans ce sens un rapport décerné aux proches de la gamine.

Une plainte est aussitôt déposée contre le présumé violeur à la police de Yeumbeul, qui ouvre une enquête et décerne une convocation pour audition au suspect M.T. en apprenant la nouvelle, le principal concerné qui était en voyage dans une ville religieuse quitte aussitôt les lieux  et débarque au commissariat. Il fait l’objet d’auditions depuis lundi et fait la navette entre chez lui et la police.

Informés de la plainte conte M.T, soufflent des voisins, des proches du mis en cause, notamment son frère aîné, très influant dans une grande famille religieuse, remuent ciel et terre pour tenter d’étouffer le scandale sexuel. Ils mettent en contribution de hautes autorités maraboutiques et administratives, qui exercent de fortes pressions sur les enquêteurs policières. Ils se permettent même de faire des propositions d’arrangements à l’amiable à la famille de l’adolescente, qui refuse catégoriquement de manger de ce pain noir.

Cependant, présumé violeur est retourné hier au commissariat pour une autre audition. En attendant la fin de l’enquête, les commentaires vont de bon train dans les quartiers.  

Facebook Comments