Mary T. Niane n’a aucun lien de parenté avec Cheikh Ahmadou Bamba Fall

Un quotidien de la place, dans sa parution du jour, accuse le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche de ‘’népotisme’’. Il est reproché à Mary Teuw Niane de promouvoir son neveu Cheikh Ahmadou Bamba Fall au poste de directeur de la maintenance et de construction des établissements d’enseignement supérieur (DMCEES) du MESRI.

Une information totalement fausse qu’a tenu à démentir le ministre Niane. En effet, il nous revient de sources dignes de foi que Mary Teuw Niane n’a aucun ‘’lien de parenté’’ avec Cheikh Ahmadou Bamba Fall. La seule chose qu’il partage avec M. Fall est la ville de Saint-Louis.

Cette attitude de certains de nos confrères interpelle la conscience des médias. Dans une démocratie, la presse constitue un pilier essentiel dans le développement socioéconomique. Elle participe donc de l’épanouissement des populations car devant servir de garde-fou par rapport aux contingences  des acteurs politiques, économiques et culturels. Sous cet aspect, la presse nationale devra respecter les fondamentaux de leur métier articulés autour d’un code déontologie et devra être imbue de valeurs patriotiques, civiques et morales.

En vérité, il faut des médias indépendants, libres, responsables et efficaces à même de garantir les libertés publiques, le bon fonctionnement de la démocratie et la cohésion sociale. Cette attitude frileuse, frivole ou misérabiliste de la presse ne saurait être tolérée à cette corporation de qui la nation toute entière attend une posture responsable.

Ainsi, l’organisme d’autorégulation de la presse qu’est le Comité d’observation des règles d’éthique et de déontologie (Cored), le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) et le Conseil national de régulation de l’audiovisuel(Cnra) doivent s’atteler à un encadrement strict des acteurs de la profession dans le sens du respect des règles de déontologie.

C’est-à-dire qu’il faut bannir à tout jamais les attitudes serviles faites de chantage. Mais heureusement au Sénégal, le peuple n’est pas dupe. La presse peut toujours trouver des gens pour se plaire à leur mensonge mais le chantage ne saurait prospérer. En bons disciples de Machiavel, ils croient que la fin justifie les moyens. Ils savent très bien que les méthodes des journalistes sont mauvaises, mais se disent que tant pis puisque cela va dans le sens où on le souhaite.

Courageux, disposant d’arguments solides et d’une solide relation humaine, Mary Teuw a imposé sa personnalité et son allure dans le champ politique sénégalais grâce à un engagement forcené. Il donne la priorité à l’APR et travaille à l’émergence de nos universités.

Confraternellement votre !

 

Facebook Comments