L’opposition à la case de départ…

Plusieurs partis politiques membres de l’opposition et d’organisations syndicales signataires de l’Initiative pour des élections démocratiques au Sénégal ont battu le macadam ce vendredi dans les rues de Dakar pour disent-ils réclamer la tenue d’une élection présidentielle libre, démocratique et transparente. Devant une foule immense, certains leaders qui se sont succédés au podium n’ont pas fait dans la langue du bois pour appeler les Etats-majors des partis politiques respectifs à l’unité en perspective de la prochaine présidentielle.

« Nous avons l’habitude de nous unir pour un temps, et ensuite, nous séparer en queue de poisson. C’est en effet ce qui s’est passé pendant les élections législatives et cela ne nous honore pas. La preuve, on a tous constaté les résultats pendant ces élections. C’est pourquoi, nous devons nous unir, faire un bloc et demander au chef de l’Etat, de respecter la démocratie », a plaidé l’ancien ministre Habib Sy.

« L’opposition ne doit plus faillir », dira Pape Diop de Bokk Guiss-Guiss.

L’opposition va-t-elle présenter un candidat unique ou consensuel à la présidentielle de 2019 ? En tout cas, la question est de plus en plus agitée par certains leaders de Parti.

Alors que la Coalition de Benno Bokk Yaakaar BBY tient déjà son candidat à l’élection présidentielle de 2019 et engage déjà le rappel des troupes sur le terrain, du coté de l’opposition l’on est à l’étape de planification. Cette opposition nourrit l’ambition de forger un bloc pour face au « Lion » de BBK. Mais en réalité, cette Initiative n’offre aucune perspective et ne repose sur aucune base programmatique viable pour ne ce reste susciter l’espoir du peuple. L’expérience d’un passé récent lors des dernières législatives avec l’explosion de la Coalition Manko démontre à suffisance que l’idée d’une candidature consensuelle n’est qu’une simple duperie.

Facebook Comments