Organes vieillissants,  faiblesse de la résistance

Le docteur Khechen, cardiologue aussi médecin de travail explique  comment le vieillissement  expose les sujets séniors à la pollution  qui affecte  leurs poumons et par ricochet, le cœur.  En effet note-t-il, le  vieillissement des organes  rime avec le poids de l’âge. Cela  rend vulnérable  les personnes âgés qui développent  plusieurs pathologies et réceptifs à toutes anomalies. La pollution les affaiblis  plus rapidement. Il ajoute que l’activité respiratoire,     et celles pulmonaire et cardiaque  au fur des ans perd de vivacité   et  de rythme. Les bronches aussi entrainent une difficulté  respiratoire conformément à l’âge. La pollution  aggrave cette difficulté de pression pulmonaire et cardiaque. La personne âgée est exposée à l’hypertension  artérielle, le diabète  l’insuffisance rénale. Par  comparaison si  chez les enfants le manque de maturité  des organes les expose, chez les seniors les vieillissements des organes fait de même

Le Tabac le polluant de proximité qui réduit l’espérance de vie

La pollution par la fumée du tabac pour ne pas  dire le tabagisme passif   crée les mêmes maladies  que chez les fumeurs. La  fumée est d’autant plus nocive chez les cardiaques qui ont déjà le cœur fragile. Le tabagisme passif tue plus de 600 000 personnes  dans le monde par an. Cette pollution du tabac tue plus que le cancer du col  et plus que le paludisme selon les chiffres de l’organisation  mondiale  de la santé (OMS).  Chez les personnes âgées, c’est la catastrophe,  la pollution par le tabac réduit fatalement l’espérance de vie. Pour les solutions  le docteur Kassé affirme que l’implémentation de loi antitabac  qui interdit de fumer dans les endroits publics pourrait  être un début de solutions. La pollution  de l’air  ne brise pas simplement les cœurs,  il allonge la liste.  «  Les substances  que contient le tabac  sont nocif et attaque le cœur, elles tuent les tissues pulmonaires et agressent la paroi des artères du cœur. Il y a plus  de morts  subites  chez les fumeurs  que chez les nons fumeurs, les tabagismes passifs sont aussi concernés  par le risque » ajoute le docteur Khechen.

Facebook Comments