EVENEMENT RELIGIEUX AU SENEGAL :   C’est  quoi la manne économique ?

Au Sénégal la religion est sacrée.  Elle  matérialisée dans les tarikhas et autres  manifestations religieuses.  Elle  demeure donc, notre premier métier, première source d’emplois, c’est l’exploration approfondie des besoins qui s’expriment dans l’organisation de chaque événement religieux.

Tous ces événements, sont l’occasion d’une grande consommation en produits divers. Depuis les ruminants (chameaux, bœufs, ovins, caprins, volailles) en riz (c’est le lieu tout naturel pour la distribution du riz local), En lait, en eaux minérales, en jus de fruits et confitures de nos produits locaux.

Ceci est possible il revient juste de prendre en considération  certains  détails. Nous devons arriver à y prohiber, toute vente de produits non local encore moins,  manufacturés dans notre pays. Pour une première raison, c’est que les khalifes comme tous les musulmans, ont une préférence sur les produits de terroirs.

Toute la production actuelle de tous les groupements ainsi que des entreprises seraient entièrement absorbés sur la durée d’une année par l’ensemble des événements religieux.

L’économie, c’est l’échange au sein d’une communauté. Les sénégalais échangent avec l’extérieur et non entre eux. Il faut éradiquer cette tare et c’est par la mainmise sur l’économie des événements religieux que l’on devrait commencer.

:

Chez les Mourides, le Grand magal, le kazu rajab,  le magal de Porokhane, celui de Mbakékadior, Daaroumoukhty, et bientôt Diourbel etc…) au moins  7 grands rendez-vous. Pourquoi y consomme-t- on  d’autres produits que ceux que nous produisons ? Parce que nous produisons insuffisamment dans tous les domaines.

Chez les  Tidianes, le Grand Gamou qui se tient sur au-moins deux semaine avec notamment le bourd e, et qui accueillent le Sénégal

Le Gamou des Niassènes, complètement sous exploité alors qu’il concerne des peuples comme les nigérians. Ce Gamou se tient sur une durée de 7 jours.

Nous perdons du temps à chercher ailleurs des emplois. Les événements religieux au Sénégal, font mouvoir dans le pays plus de pèlerins que les touristes sur lesquels nous comptons en vain.

Nos emplois sont dans la création de coopératives de productions et dans la création d’autres coopératives d’achats de ces productions et leur mise en vente, le développement du fret.

Pour la création de tous ses emplois, les espaces d’installation des activités et coopératives sont à notre disposition ; il nous suffit de savoir aller les chercher. Les financements pour ces activités sont dans le pays et mobilisables en moins d 6 mois. Il y’a tout juste dix autorités à convaincre et elles le sont déjà.

Si vous êtes convaincu, partagez cet appel et envoyer votre intention d’adhésion à cette future association «  LIGUEYAL BESSOU DIINEE ». nous attendons 60 000 jeunes à travers le pays ( soit 100 jeunes futurs entrepreneurs agricoles par Commune) qui aiment  l’agriculture ( cultiver le riz, la culture des  plantes aromatiques, l’élevage, le maraichage, la transformation.arifasen@hotmail.com.

Ibrahima DEME, administrateur de société

Facebook Comments