Tharoye: Des manifestants impactés par le TER arrêtés

Les notables, les délégués de quartier, les imams, le Chef du village de Thiaroye, membres du Collectif pour la défense des intérêts de Thiaroye sous la férule de leur coordinateur, monsieur Ousmane Ndiaye, n’ont pas pu tenir leur point de presse prévu hier, pour dénoncer rigoureusement le décret N° 2017-94 du 19 janvier 2017, affectant un terrain d’une superficie de 07 hectares situé dans le camp militaire de Thiaroye. La police a dispersé la manifestation avant de procéder à des interpellations. Aux dernières nouvelles, les personnes arrêtées ont été relâchées.

Ce point de presse visait à dénoncer le projet de délocalisation du marché de Thiaroye, impacté par le projet de TER. Ils étaient venus en grand nombre et ont arboré des brassards rouges pour attirer l’attention des tenants du pouvoir central, mais surtout prendre à témoin l’opinion nationale sur la nécessité de conserver l’espace pour des projets socioéconomiques de base au profit des populations.

Ils croient savoir que le président de la République a été trompé par le maire Babacar Sène et un groupe d’affairistes « qui veulent rouler les populations de Thiaroye dans la farine ».

« Les Thiaroyois ne voient pas la pertinence de l’idée d’ériger un second centre commercial dans le camp militaire, arguant que déjà, un grand centre commercial y est construit et presque inoccupé. D’après les dernières informations recueillies à l’APIX, il y a 985 cantines qui sont concernées. Pourquoi toujours 7ha et pourquoi pas une construction en verticale qui est aujourd’hui à la mode ? », s’interrogent-ils

Pour rappel, en 2004 un centre commercial de 7ha, d’une grande capacité d’accueil (8 000 cantines) a été bâti dans le camp militaire (sur l’ancien terrain de football) par l’Etat du Sénégal en partenariat avec le promoteur monsieur Aly Malal Diallo directeur général de L’entreprise de construction et de travaux publics (ECTP) et le CETUD. Ce, pour assainir le cadre de vie, faciliter la mobilité dans la banlieue mais surtout pourvoir au relogement des commerçants du marché de Thiaroye qui se trouvaient dans l’emprise de la voie ferrée entre les deux passages à niveau de Thiaroye.

Logiquement ces commerçants devaient quitter l’emprise et rejoindre le centre commercial depuis son ouverture en 2007. Aujourd’hui, ces 985 commerçants peuvent bel et bien être relogés dans l’actuel centre commercial et pour faire des économies foncières et financières », relèvent les manifestants.

Ces derniers éclairent : « Ledit terrain, choisi pour abriter le marché, est jusque là occupé par le mouvement sportif thiaroyois (Stade de Thiaroye, les 36 ASC de la zone 5, zone 09, zone 03, les vétérans, les 16 écoles de football, les lutteurs, les sportifs particuliers…..), les élèves du lycée de Thiaroye, des CEM Thiaroye 44, Thiaroye 2, Martyres C, des écoles privées pour leurs activités d’éducation physiques et sportives. « C’est le seul espace qui reste non seulement à la commune de Thiaroye gare mais aussi du département de Pikine », attirent-ils l’attention des autorités. Non sans informer que le projet est validé sans tenir compte de l’avis des populations, des impacts environnementaux et RSE.

« Comment peut-on mettre à coté de l’hôpital de Pikine, du lycée, des 02 CEM, de l’inspection d’académie, du centre polyvalent, de l’infirmerie : 02 marchés aux alentours : C’est incohérent et kafkaïen », s’étonnent-ils.

En définitive, ils invitent les autorités à s’enquérir de la gravité de la situation et d’annuler ou corriger le projet funeste, vomi par les habitants de Thiaroye.

Avec dakaractu

Facebook Comments