Kenya: la crise politique pénalise l’économie

Une journée riche en tension s’ouvre au Kenya ce vendredi. L’opposition maintient son mot d’ordre de manifester après que le gouvernement a interdit tout rassemblement dans le centre des grandes villes. A Nairobi, cela faisait des semaines que les commerçants se plaignaient des manifestations de l’opposition qui ont souvent été émaillés de violences, synonymes de fuite des clients. Plus généralement, l’économie kényane, face à l’incertitude politique, a perdu de son dynamisme.

Avec l’incertitude politique, c’est tout le climat des affaires qui devient morose dans un pays réputé pour son dynamisme économique.

L’attentisme domine

De la plus petite entreprise au grand groupe, l’attentisme domine. Google, Toyota, ou General Electric ont gelé certains de leurs investissements en attendant que la situation devienne plus claire. Le tourisme, une des mamelles de l’économie kényane, souffre aussi. Certains charters qui amènent les touristes sur la côte sont presque vides, selon le gouvernement.

Les crédits s’effondrent

La Bourse de Nairobi connait ses pires performances et les crédits s’effondrent, de quoi inciter le FMI à revoir à la baisse la croissance pour 2017 à 5% contre 5,3% auparavant. Sans compter que le Kenya paye toujours pour les sécheresses de l’an dernier qui ont affecté un secteur important de l’économie, l’agriculture.

Rfi

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *