Des hackers nord-coréens volent des plans militaires sud-coréens

Des pirates informatiques nord-coréens ont volé des centaines de documents militaires sud-coréens classifiés, y compris des plans d’action élaborés avec Washington dans l’éventualité d’une guerre, selon un quotidien sud-coréen.

Des hackers nord-coréens ont subtilisé une grande quantité de documents militaires classés, dont le dernier plan d’opérations américano-sud-coréen en cas de conflit militaire, rapporte Chosun Ilbo, un quotidien sud-coréen.

Le journal se base sur les déclarations de Rhee Cheol-hee, député sud-coréen du Parti démocrate. Selon lui, des pirates nord-coréens sont parvenus à entrer dans l’intranet de l’armée en septembre 2016 et y ont saisi 235 gigaoctets de données sensibles.

Des données sensibles

Parmi ces documents figurent le plan Opérationnel 5015, le dernier plan d’action américano-sud-coréen conçu dans l’éventualité d’une guerre avec le Nord, qui comporte notamment des projets d’attaques pour supprimer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. Rhee Cheol-hee a précisé que selon le ministère de la Défense, 80 % des documents manquants devaient encore être identifiés. Des détails sur les exercices militaires annuels américano-sud-coréens et des informations sur des installations militaires clés et des centrales électriques ont également été volés.

Après ces révélations, Pyongyang a démenti toute responsabilité dans les cyberattaques et reproché à Séoul de « fabriquer » des accusations dans ce domaine. La Corée du Nord compte une unité d’environ 6 800 spécialistes des cyberattaques, selon le ministère sud-coréen de la Défense. Elle a été accusée de nombreuses attaques informatiques de grande ampleur, et notamment celle menée en 2014 contre Sony Pictures.

Ces informations sont rendues publiques au moment où les tensions sont très importantes sur la péninsule, du fait des échanges de menaces répétées entre le président américain Donald Trump et la Corée du Nord, qui poursuit ses programmes nucléaires et balistiques en dépit des sanctions internationales.

Facebook Comments

Articles de la même Catégorie